Romans - Planchon Claude-Alain


Claude Alain Planchon

Site Officiel

Aller au contenu

Romans

Bibliographie
Résumé

Pendant ses longues marches en solitaire dans le Midi avec Johnny-Boy, son bouledogue français, Claude-Alain Planchon porte toujours sur lui un petit carnet de cuir rouge offert par sa nièce Sandrine. Il a pris l’habitude d’y noter tout ce qui lui passait par la tête. L’inspiration vient en marchant et la magie opère… la faculté de regarder un caillou autrement. Avec un peu d’imagination, on devine dans la diversité de ses pensées des richesses de la nature insoupçonnées. En parcourant l’Esterel, le silence et la beauté des lieux l’émerveillent chaque fois davantage. Autour de lui, pépites et diamants. Le long des chemins, il engrange des trésors. Ça lui vient comme ça, comme les reflets d’une vie antérieure, les bornes du temps… des évidences qui lui inspirent des légendes. C’est un peu dingue, mais il n’y peut rien… Son carnet est plein… plus de place dans les marges. Claude-Alain a proposé à Jacques Flament de publier ses aphorismes dézingués en les illustrant par les œuvres d’Antoine Schaab, un artiste à l’âme sensible et à l’univers surréaliste. Il est le compagnon d’une de ses plus anciennes amies, la cinéaste Marlène Ionesco. Ils sont voisins aussi bien à Paris que dans le Midi. Ça crée des liens ! Claude-Alain Planchon admire de longue date ses sculptures et ses collages. Amateur d’art éclairé, il en possède un certain nombre dans ses collections. Celui qui manquait au trio, c’est le réalisateur Jorge Amat. Son talent de photographe et la fantaisie onirique avec laquelle il aborde la vie, confèrent à cet ouvrage les outils indispensables à l’illumination du lecteur.

ISBN : 978-2-36336-345-9
PAGES : 80
FORMAT : 210×210
PARUTION : 03/2018
COLLECTION : Images & mots
PRIX : 20 €
Sortie 2017

David Leprince Van Houten est diamantaire. Arrivé à l’âge ou d’autres prennent leur retraite, rien ne saurait déranger la tranquillité de ce sexagénaire pervers. Rien, n’était-ce la rencontre inattendue de cette jolie danoise dans un club échangiste à Paris. Plongée en atmosphère humide, Claude-Alain Planchon nous invite à un parcours initiatique, pour le moins déconcertant, dans le triangle d’or d’un appartement cossu du 16e , des traders d’Anvers et d’un des bordels les plus réputés du 9e arrondissement de Paris. À travers la passion historique des gemmes (en l’occurrence les joyaux de la Couronne), ce neuvième ouvrage doit se lire comme une promenade impromptue, entre les hautes sphères de la bourgeoisie parisienne, les lieux chauds de la capitale et d’Amsterdam la rouge.
Comme quoi, rien n’est jamais acquis dans la vie et la mort qui nous guette, revêt parfois des formes surprenantes, surtout si la mafia s’en mêle.

ISBN : 978-2-36336-308-4
PAGES : 194
FORMAT : 130×200
PARUTION : 04/2017
COLLECTION : Zone franche
PRIX : 16 €




« Anne Delbée, célèbre tragédienne, écrivain et metteur en scène reçoit souvent le dimanche soir dans son appartement raffiné de l’avenue Bosquet. Autour d’un lapin à la moutarde, on y rencontre une élite délicieusement décadente, une société polie composée d’artistes en vue et d’intellectuels pour la plupart issus de Normale Sup. Loin de la genèse de la préciosité dans les salons littéraires du siècle des Lumières, sa façon de recevoir, à la fois simple, conviviale et gaie pour ne pas dire débridée, n’appartient qu’à elle. Un soir que je sortais de chez elle, Anne Delbée me fit la réflexion suivante: « Un jour dans un de tes romans, il faudra que tu racontes l’histoire du lapin ! ». Je la pris au mot et commençai le soir même à aligner quelques mots à partir d’un souvenir d’enfance d’après-guerre. Ce lapin dépiauté que je vis à trois ans fut ma première frayeur. La seule vraie raison d’être du roman étant selon Kundera, de dire ce que seul le roman peut dire, les phrases s’enchaînèrent naturellement. Au bout de quelques semaines, l’histoire de Dune Parker prit corps pour se confondre avec ma propre réalité. Le roman se termine le 11 septembre 2001, une tragédie qui faillit nous coûter la vie, à mon demi-frère et à moi. En effet il ne se sera fallu que de quelques précieuses minutes pour que nos noms ne viennent s’ajouter à la liste des 3000 victimes… »
Broché: 146 pages

Editeur : JACQUES FLAMENT EDITIONS (2013)

Prix : 15€ TTC

SELECTION PRIX ORANGE DU LIVRE
Vivre sa vie pour tenter de s’en sortir. La vivre pour tenter de l’habiter. Après la publication de son conte « Le prince aux mains rouges » par La Société des Ecrivains en début d’année 2011, le docteur Claude-Alain PLANCHON ouvre là son 1er roman comme on crypte une ligne de vie.

Plus ou moins bio-graphiques, des hasards cartographient apparitions et disparitions, cousinent avec les morts – on les respire avec inquiétude et fébrilité.

Apparaître ou disparaître à sa propre existence ? La maintenir ou l’exploser ? Le héro Olivier Kern pose ces questions entre chaque page et tient son personnage à bout de bras. Il entre dans sa silhouette comme un acteur s’évanouit et renaît en chaque rôle. Toujours au bord de lui-même, il courtise les extrêmes, les jouissances âcres de l’urgence, la mort en fuite et les amours viscérales.

Dans un style bien frappé, SANS STELE FIXE sonne les vocalitas d’une vie. A grands renforts de rencontres, de moments fortuits, de cavales amoureuses, ce roman cadence les souvenirs, les carences et injecte de l’oxygène partout où il passe.

A poigne épurée, une poésie se distille dans ce parcours sur les contreforts de la vie. Ce livre organique vrille et pulse des bouffées de vie et se destine à tous ceux qui évitent la fatalité. Bien agiter avant de s’en servir!

Broché: 182 pages

Editeur : Editions de L'HARMATTAN
Collection Ecritures
Prix : 17 € TTC

Par des hasards observateurs, deux êtres se rencontrent, s’aiment et s’écrivent. Comme si cet amour ne suffisait pas, ils inscrivent leurs sentiments à la surface des choses pour les animer davantage. De lettres passionnées en lignes mélodiques, Claude-Alain Planchon et Gilberte Cournand, amplifient l’esthétique de leur union et les gestes de la beauté. C’est une danse d’altitude. Elle incarne la danse, il trace son amour dans des vibrations littéraires. Gilberte et Claude-Alain partagent un livre rare de vie. C’est une sorte de cor(ps)respondance où chacun rend écho à l’autre dans un temple où le ciel s’éprend de la terre. Avec des éclairs savants, longeant les vertiges, à travers la maladie, à l’opéra comme au ballet, ces amants terribles pèsent leur vie et leur décalage sans jamais se lâcher la main. Jusqu’à la mort de Gilberte en 2005, ils s’écriront en secret dans une bulle lyrique un peu folle mais certainement protectrice.
À la croisée du contact direct et de l’art poétique, ce livre respire les mystères de l’amour esthète, intact, exact, comme on gravit les marches d’une expérience authentique et souveraine. Au gré des lettres, la densité nous envahit comme une promesse tenue.
« On se sent suscité lorsque l’inconnu nous apprivoise et que tout autre se tait. »

Editeur : JACQUES FLAMENT EDITIONS (2014)

Prix : 18€ TTC


https://youtu.be/PoGzMWoZ0oI

Lynn S. H., une de ses amies de New York, avait invité C. A. Planchon à venir passer quelques jours dans son ranch du Wyoming. Premier contact avec un état chargé d’histoire qui n’a pas subi de bouleversement depuis la ruée vers l’or. Les cabines d’invités, éparpillées dans la nature sauvage, les conversations et les ombres qui se faufilent le soir au coin du feu, tout à Deer Creek incitait l’auteur à se raconter des histoires. Ainsi naquit Dwight Granger…
Dwight Granger est un trader de New York à la vie sentimentale perturbée. Appelé d’urgence dans le Wyoming par ses parents, sa vie va vite basculer. La peur du vide, l’appel de la nuit, tout autour de lui va contribuer à raviver ses frayeurs. Dwight Granger est un cas typique de personnalité dissociée. Comme un arbre qui se défeuille, il va perdre peu à peu de ces racines d’équivalence qui lient normalement l’attitude au propos. C. A. Planchon n’est pas médecin pour rien. Il nous révèle avec exactitude la déconnexion progressive entre l’esprit de son héros, sa conception du corps, du réel et de la conscience… Dwight Parker se libère d’un moi devenu encombrant, pour se couler à l’intérieur d’un rêve où sa femme Helen et sa fille Betty Rose n’ont plus leur place.
Le cauchemar se poursuit dans l’une des prisons les plus dures de l’état du Wyoming.
Ce livre peut être vu aussi comme un plaidoyer contre la peine de mort en référence à l’exécution par injection létale le 7 août 2012 de Marvin Wilson, un handicapé mental de 54 ans.

ISBN : 978-2-36336-216-2
PAGES : 154
FORMAT : 200 x 130
PARUTION : 10/2015
PRIX : 15 €
Retourner au contenu